Maillot de bain et pression sociale

Je ne m’achète pas de maillot de bain chaque année.

Tant mieux parce que, comme la majorité d’entre nous, je me découvre des capitons et veines insoupçonnés à chaque fois que j’en essaie sous la lumière blafarde des cabines d’essayages.

Je ne vais pas me lancer dans un couplet du pourquoi du comment on nous inflige ça. Je ne sais PAS! Pour moi c’est se tirer une balle dans le pied mais hey, qu’est ce que j’en sais. Peut-être que si on ne sent mal dans sa peau, on achète plus de maillots? Le mystère reste entier, je vais proposer le sujet à Elise Lucet (qui a certainement d’autres chats à courser et elle a bien raison).

La dernière fois que j’ai fait l’acquisition d’un maillot c’était en août 2017 lors de vacances dans le Sud de  l’Italie.

Avec mon amie, nous venions de passer l’après-midi à la plage avec mon increvable deux pièces bandeaux noir et doré princesse Tam-tam qui faisait le job depuis, pfiou, bien trois ans déjà (et le fait encore, in-cre-vable je vous dit), quand j’ai remarqué que nous étions les seules à avoir les fesses couvertes.

Ce qui m’a rendue super jalouse. Moi aussi je voulais un maillot de bombasse! Le lendemain on croise un multimarque à l’ancienne, dans le genre maillots suspendus et vitrine cerclée de bois dans laquelle un une pièce en crochet (oui madame) me fait de l’oeil.

On rentre. Atmosphère désuète, les maillots sont soit en hauteur, soit derrière des vitrines, voire même pas exposés. Il faut demander aux vendeuses apuliennes (j’ai googlé) ce qu’on recherche. Je leur explique que je voudrais un une pièce sexy devant derrière et elle me dégote une petite merveille. Noir, décolleté profond mais maintenu … et le fameux tanga à l’arrière. Dessus des imprimés mi-ésotériques mi-mexicains verts, rouges et jaunes (dit comme ça ça a l’air bizarre mais je vous jure qu’il est génial). La marque c’est Poisson d’amour, vous pouvez allez voir leurs autres modèles (à vos risques et périls parce que j’ai clairement acheté un des plus distingués).

Bref. Pendant une semaine je parade librement sur les plages italiennes avec mon beau tanga, les fesses déconfinées sans que ça ne questionne personne et pour cause: tout le monde est pareil.

Par contre, une fois rentrée à l’île de Ré (mon pays d’origine), c’est une autre histoire d’assumer la chose.

Sur la côte rétaise,  de chastes maillots à perte de vue.

Comme globalement je ne suis pas du genre à me brider en matière de mode, je le porte aussi au Bois-plage (et ce depuis trois ans), mais je vous avoue que je suis beaucoup moins sereine sur notre côte Atlantique que dans le pays de production de la sexyness faite maillot de bain.

Cette anecdote pour illustrer le fait que l’aisance qu’on ressent dans un maillot de bain est fortement liée à l’ambiance autour de nous.

Je ne me suis jamais sentie aussi mal fichue que sur la plage peuplée de surfeuses dorées et sculptées de Bondy beach en Australie.

Il y a les tendances de maillot de bain globales, et les tendances de maillot de bain locales, voire ultra ultra locales. Par exemple, si vos copines sont adeptes du monokini et se baladent seins nus autour de la piscine de la maison de vacances, il vous sera beaucoup plus facile d’assumer vous aussi le topless.

Mais si vous n’avez pas envie de tomber le haut, et que vous êtes bien la seule, la pression peut aussi se ressentir en sens inverse. Je peux témoigner en tant qu’adolescente dépourvue de seins qui tentait de dissimuler ce manquement via des hauts de maillots décrétés inutiles par mes parents (alors que JUSTEMENT ils étaient super utiles!).

Chaque plage, chaque piscine, chaque étang, chaque flaque a ses micro-codes.

A vous de décider si vous avez envie de vous y conformer ou si vous êtes prêtes à porter ce que bon vous semble.

La semaine prochaine, rendez-vous pour parler des maillots de bains tendances pour les morphologies de chacune.

Et vous? Vous êtes plutôt du genre à vous conformer aux traditions locales ou à déambuler tranquille dans votre string de carioca à Saint-Jean de Luz? 

Collage de couverture: Ysé, Bain de minuit

Comments
10 Responses to “Maillot de bain et pression sociale”
  1. Bathing suits for fun/beauty/flattery are a real challenge for those of us who are large-busted. I’m a swimmer, so I’ve just stuck to more utilitarian styles for a long time. I was supposed to go to Tahiti in May, and that was about to be a fashion crisis – living in a bathing suit and wanting to look good in it! I would probably always opt for the bum coverage – but never one of those terrible swim skirts!

    • Aloïs Guinut dit :

      Dear Gretchen,
      Again it’s true: boobs are overlooked generally in fashion.
      And too bad you are not going to Tahiti but then you at least spare the fashion crisis ^^
      (To be fair, I think I am going to opt for more coverage when I grow older. But the anecdote was there to illustrate how others influence our choices and well-being)

  2. Marji dit :

    En maillot de bain je n’ai bizarrement aucun complexe alors qu’une robe midi à la mauvaise longueur peut me rendre malade!

    Je me rêverais bien en créature portant un Fifi Chachnil un peu années 50…mais en réalité mon unique maillot est un maillot de piscine tout moche!

    Ps. depuis notre séance de coaching style : j’ai croisé une connaissance aujourd’hui dans la rue et ce soir un ami commun m’a dit « il paraît que tu étais hyper élégante aujourd’hui! » . En fait j’étais en short et t-shirt mais j’avais suivi vos conseils à la lettre, façon de porter la ceinture et rouge à lèvres compris. Merci Aloïs!

  3. Juhi dit :

    I would definitely agree that it’s easier to blend in, and that a suit that feels conservative in one place can feel bold in another 🙂 I am the more discreet sort and would rather stand out with a bold color, pattern or print. The Mexican magical print was definitely unique and fun!

  4. Nadège dit :

    J’ai réussi à trouver un maillot de bain l’an dernier dans lequel pour la première fois de ma vie je me suis sentie belle : c’est un 1 pièce de chez Ysé.
    Décolleté plongeant à l’avant mais bien tenu mais le derrière tout de même couvert 🙂
    Je suis contente que la mode revienne en une pièce dont la coupe me semble bien plus flatteuse que le 2 pièces lorsque l’on a des formes et un peu de ventre.

    • Aloïs Guinut dit :

      Totalement d’accord avec vous sur le retour du une pièce. J’ai du mal à porter des deux pièces maintenant.
      Ils sont canons les une pièce chez Ysé ça doit vous aller super bien.

Leave A Comment

Une copie dédicacée de mon livre

(English) A signed copy of my new book