De la ringardise et des couleurs

L’autre jour, mon cher père (coucou papa), affirmait sans détour que de toutes façons le saumon c’était « ringard », une vraie  » couleur de mamie » à ses yeux (enfin une mamie d’imaginaire, pas sa propre femme, bien sûr).

Je sais bien qu’il n’est pas le seul à le penser, déjà le nom de la couleur n’est pas vendeur… pourtant elle opère un retour remarqué chez de jeunes créateurs, qui en font un usage tout sauf daté… ce dont il a à mi-mot convenu lorsque j’ai visuellement illustré mon propos.

Pourtant, je comprends ses réticences! A ses yeux, le rose saumon, c’est celui du gilet angora brodé de perles en nacre de mon arrière grand-mère (ça a l’air assez cool dit, comme ça, où est donc passé ce gilet?).

La ringardise d’une couleur se situerait donc au niveau des yeux de celui qui regarde. Selon sa génération et ses expériences personnelles, on associe une couleur à une personne, à un moment de vie… qui passe bien vite, car la valse des teintes précipite les plus médiatisées, et donc les plus indissociables d’une période donnée, dans une disgrâce plus ou moins longue.

Comme couleur cristallisant une époque, on pourrait citer le vert pomme, couleur star des années 90, portée par milliers, répliquée dans la déco, jusqu’à l’écoeurement, annonçant sa chute dans un oubli durable chez les personnes de bon goût… Avant d’être ressuscitée d’entre les morts par les gourous Pantone en tant que couleur de l’année sous le nom de scène de « greenery ».

Ou les fameux lilas et violets, devenus à la fin des années 90 les stars de nos textiles et makeups, façon goth sexinnocente à la Neve Campbell ou à la Courtney Cox (<3).

Courtney Cox, fin des années 90

Je me souviens du magnifique ensemble bustier lilas en polyester et jupe tube violet foncé que j’arborais pour célébrer le passage à l’an 2000, heureuse d’avoir pu me libérer de la dictature parentale du bon goût (qui me sommait de rester à l’écart de la fast fashion) pour moi aussi être moulée dans du Pimkie.

Or ces teintes refont surface depuis deux ans, adoptant les atours d’un minimalisme bon teint pour mieux nous faire oublier leur passé nineties. Cet hiver, ils pavanent sur les portants, le lilas prétendant même au titre fort convoité (dans le petit milieu des couleurs), de « couleur de l’année ». J’ai même aperçu hier l’humoriste Camille Lellouche avec un magnifique smokey eye violet vibrant sur le plateau de Quotidien.

Capture d’écran du site Tagwalk

Comme il fallait s’y attendre, on a aussi vu un peu de vert pomme pointer le bout de son nez acidulé dans les collections printemps été (vous le voyez là?). Mais pas tant que ça… l’année prochaine?

Son lointain voisin le saumon, oublié plus loin dans les années 80 avec Anne Sinclair, fait aussi un retour notable, décliné tant en mode BCBG qu’en fastueux drapés. Plus la couleur est oubliée depuis longtemps, moins elle est évocatrice d’un potentiel passé « ringard » pour les générations dans la force du pouvoir d’achat (ne nous leurrons pas, c’est le nerf de la guerre) et plus les créateurs se lâchent.

Capture d’écran du site Tagwalk

Tout l’art de déringardiser une couleur à la temporalité marquée consiste à faire oublier son passé  ou à s’y référer subtilement si le dit passé n’est pas trop honni, et à la faire apparaître comme nouvelle pour la rendre à nouveau désirable.

Attention nuançons: toutes les nuances ne sont pas sujettes à des cycles d’adoration/ rejet aussi intense. Les atemporelles, comme leur nom l’indique ne quittent jamais nos penderies et les grands classiques connaissent des cycles bien plus courts (le rouge, le bordeaux, etc).

J’attends donc le designer qui me donnera envie de reporter des couleurs fluos, abandonnées après leur revival « nude » au début des années 2010 qui lui même succédait à leur dernière incartade en mode techtonique quelques années plus tôt.

Les heures (sombres) fluo de la techtonik

Et vous? Il y des couleurs que vous trouvez ringardes? Les tendances vous ont elles donné envie de porter des couleurs que vous n’aimiez pas? Avez vous changé d’avis sur une couleur? 

Edit: c’est « Ultra violet » qui a été designé couleur Pantone de l’année, j’avais vu plutôt juste sur la teinte mais pas sur la nuance

Like
Comments
4 Responses to “De la ringardise et des couleurs”
  1. Gretchen dit :

    I was a young adult in the 1990s, and remember all of these color trends. I’m a huge fan of color in general, and frankly, quite happy to see salmon pink come back because it’s one of my best colors! But isn’t that what style is all about anyway (as opposed to fashion) – choosing what is best on you?

    • Aloïs Guinut dit :

      Ahah it is indeed… yet some garments because of shapes, colors of a mix of all of these are so linked to a certain time period that wearing them before they get back in trend make you look outdated no matter how stylish you are, I wish fashion and style would be two completely different things but there is something about following l’air du temps also when it comes to style.

  2. Archana dit :

    https://touniversewithlove.com/2016/11/19/can-gentlewoman-wear-pink/

    I had a love/hate relationship with the color. In the geek community, its really really looked down upon – still ! I blindly adopted the view for a long time ….

Leave A Comment