Comment porter le velours côtelé

Après plus de deux mois d’absence et des grosses poussières je fais ENFIN ma rentrée sur le blog,

Savez vous que, dans les années 70, les élèves avaient trois mois de vacance d’été et rentraient mi septembre en même temps que l’automne? Or, comme avec le réchauffement climatique l’automne commence sacrément plus tard… (#explication alambiquée) Pour leur premier jour de classe, ils portaient peut-être un petit blazer en velours côtelé. Vêtue d’un pantalon patte d’eph 7/8 rose bonbon à larges côtes, je suis en train de me faire un petit revival version 2017 .

Pour être tout à fait honnête cette mode dure depuis la rentrée 2016, moment où j’ai fait l’acquisition de cette flamboyante pièce Manoush. Mais hey, j’ai testé et approuvé avant de vous en parler.

Les plus de la chose: le velours côtelé épais est chaud et confortable. Les moins, il est chaud et … épais. Comme il ne fait pas la jambe légère on a envie de le contrebalancer par de la légèreté, et du coup on se retrouve avec un paradoxe chaud/ froid au sein même de sa tenue. Des écueils qui peuvent être facilement contournés en choisissant une côte plus fine ou en arborant son « corduroy » (en version anglaise) sur la partie supérieure de sa tenue.

1/ Choisir son velours côtelé

A/ Largeur des côtes

a. Fines côtes

Les plus faciles à maîtriser.

Elles se portent  aisément en haut comme en bas. En pièce près du corps comme en pièce plus large.

Moins chaudes que leurs consoeurs larges, elles se prêtent mieux aux variations de températures de la mi-saison.

Plus classiques, elle peuvent parfois se faire un brin ennuyeuses si on se les reveille pas par une couleur, une coupe ou une association de matière audacieuse.

b. Larges côtes

Délicieusement excentriques, elles exaltent les couleurs.

Statement matière à elles seules, elles obligent à construire la tenue autour d’elles.

Portées en bas, elles ont tendance à élargir le diamètre des cuissots, surtout si on opte pour du près du corps. Idéal pour les allumettes, moins si on tente de minimiser ses fesses rebondies. La version jupe, moins serrée, est déjà plus facile à apprivoiser.

Elles se font plus facile à manier en haut. Appliquée sur blazers, vestes « forme jean » et autres manteaux longs, les larges côtes donneront du chien à votre allure. Pour les contrebalancer, affinez votre silhouette avec des avec des éléments plus fin et/ ou plus près du corps (de type jean, collants, etc), et relevez le niveau avec des talons hauts bien costauds.

On peut aussi se les approprier en accessoires. Pourquoi pas un sac à dos ou une besace à larges côtes de velours? Ou des bottines hautes?

B/ Couleurs

a. Conservatisme de bibliothèque

Réflexe modeux pavlovien, quand j’entends velours côtelé, je pense rat de bibliothèque d’Oxford ou gentlewoman dans sa résidence secondaire des Cornouailles.

Une gamme de couleurs allant des neutres boisés (beige, marron, bordeaux, etc), aux verts anglais (mousse, gazon, olive, etc) en passant par les nuances de fleurs fanées (vieux rose, orange brûlé.

Un manteau noir coupé à la perfection et une luxueuse ceinture qui structurent apportent de la sophistication à ce pantalon cosy. 

Les teintes les plus neutres (les beiges!) représentent un risque de sombrer dans le classicisme premier degré. A ne pas conjuguer avec coupes sans imagination et fittings mous. On réveille le blazer de professeure et le pantalon de cheval, à coup de bottines à talons façon Isabel Marant, de jeans sexy effet longues jambes de petits pulls seconde peau, et de manteaux épurés à la coupe irréprochable.

Si on veut la jouer teacher, on insère au choix un peu de près du corps, de talons ou de court dans la tenue. Quelque chose d’espiègle, de rock ou de suprêmement élégant. Un pantalon cigarette court sur la cheville et des mocassins à la Michael, une robe mi cuisse avec des derbies… Attention au total look embourgeoisé!

On peut aussi traiter ces teintes en version cosy dans un délicat camaïeu ou en version casual contrastés avec jeans et pièces sportswear.

b. Douceur pastel

Le côté doudou sorti de l’enfance du velours côtelé s’associe à merveille aux couleurs pastels.

On peut jouer la carte régressive à fond en portant ces teintes sur des petits blousons, des pantalons patte d’eph et des sacs à dos.

Si on « passé l’âge » (à vous de juger), on modère ces pièces par des atemporels. Le blouson de gamine rose malabar sera porté avec un jean flare brut à la coupe parfaite, la petite jupe trapèze jaune poussin avec un beau cachemire col roulé crème.

Autre option, jouer sur la douceur moderne de ces teintes pour créer des looks épurés, faisant oublier la nature rétro du velours côtelé.

Ermanno Scervino présente un look tout en lignes pures 

c. Chatoyance acidulée

Pour sublimer des couleurs audacieuses, je vous conseille la brillance moelleuse des grosses côtes.

Au contact de cette matière, jaunes chartreuses, bleus turquoises et autres roses bonbons, se parent d’une délicieuse excentricité, constituant des pièces fortes.

A tempérer avec des couleurs neutres ou des couleurs en demi teinte (sombres, blanchies ou grisées…).

Un miroitant vert émeraude pour ce trench Valentino vintage. Ferait merveille avec des collants noir semi transparents et des derbies à plateforme noires vernies. 

d. Classicisme parisien

Le velours bleu marine et noir à fines côte évoque l’écolière sage parisienne.

A traiter en contraste premier degré avec des accords de blanc (col claudine blanc sous petit pull noir en cachemire col rond et jupe trapèze noire taille haute à fines côtes)  ou en ton sur ton pour un style plus « adulte » (pull marine point mousse sur long flare taille haute à grosse côtes bleu marine).

Attention aux fines côtes version grise qui peuvent souvent avoir l’air passé et vous faire passer pour une triste souricette.

2/ Avec quelles matières porter le velours côtelé? 

Le velours côtelé est d’une nature casual, qui en fait une matière plus adaptée aux looks de jour qu’aux looks de nuit. A part s’il est traité dans des teintes précieuses sombres laissant peu apparaître ses côtes comme le bleu nuit ou le noir.

La noblesse intrinsèque du matériau exige un voisinage de qualité. Dans un esprit décontracté, on privilégie les belles toiles de jean, le cuir ou le coton. Le synthétique, très peu pour lui. On oublie également le lin, et tout ce qui, d’aspect trop estival, créerait un contraste étrange avec l’aspect chaleureux et automnal du velours.

Le velours côtelé est également ami avec son cousin, le velours ras. N’hésitez pas à les combiner!

3/ Accords de style 

Ici les choses se corsent. Tout dépend de la couleur, de la taille de la côte et de la nature de votre pièce.

Par exemple, y a des trucs qui fonctionnent moyen, genre la rencontre d’une pochette architecturée lisse avec du velours vert d’intello.

Ou des talons aiguilles avec cette matière épaisse et chaude.

Voici quelques associations qui marchent.

a/ Classicisme 

Le pantalon en velours cerise à fines côtes est au centre d’une tenue par ailleurs classique  et un rien rétro seventies avec col roulé, ceinture et bottines noirs.

b/ Preppyness 

Le gimmick de l’étudiante sage à nouveau.

On imagine des robes salopettes courtes, des petits pull et des chemisiers sages.

Faites péter les mocassins et les babies vernies noirs!

c/ Rock

On peut opter pour le blazer épaulé oversize porté les jambes affutées dans un slim de cuir rehaussées de bottines hautes.

d/ Bibliothécaire

Pantalon, jupe taille haute ou blazer sont à associer avec des chaussures rétro comme des bottes à tige haute seventies ou des petites bottines à talon lacées.

Pour être totalement dans le trip,  leur adjoindre un col un peu rétro type claudine ou victorien.

Talons rétros

e/ Androgyne

Pourquoi pas le costard total velours affuté coupé court sur la cheville avec des chaussures d’homme?

On peut aussi contraster avec des bottines à talons.

f/ Sportswear

Pantalon ou jupe de velours associé à un pull zippé ou une paire baskets? Une très bonne idée

4/ Quelle pièce en velours côtelé?

  • Le pantalon

Qu’il soit flare ou près du corps, long ou court, le pantalon en velours fait immanquablement la fesse plus rebondie et la cuisse plus ronde. Surtout si les côtes sont larges.

Si on veut porter des talons, on les choisit épais.

  • La jupe 

Plus facile en mode mini jupe qu’en version jupe midi (qui risquerait de rapidement faire mamie.)

  • La robe

Un côté petite fille à tous les coups. Du coup j’aime bien l’idée de la robe salopette pour y aller carrément. Les autres types de robe auront immanquablement un effet épaississant, même avec de fines côtes.

  • La salopette

Entre la petite fille et la travailleuse du dimanche. A porter avec des baskets type converse, stan smith, new balance, etc…

  • Le blazer 

Typiquement la pièce sortie du passé. Je vous conseille une version architecturée avec de belles côtes franches. Plutôt une coupe de type caban avec boutons croisés. Ou un col droit. A éviter à tout prix, le truc beigeasse, maronnasse ou kakiasse élimé et cintré avec un ou deux boutons qui tirent au milieu.

  • Les accessoires

Pourquoi pas un sac en velours côtelé?

Alors? Prête pour la rentrée du corduroy? 

Like
Comments
6 Responses to “Comment porter le velours côtelé”
  1. Michelle dit :

    I just got a corduroy mini skirt in navy and I am obsessed. Love the idea of the pastel corduroy!

  2. Iris Nguyen dit :

    Whenever I think of Corduroy, I think of Sarah-Linh Tran. The girl is my crush and heroine since I discovered Lemaire and his sophisticated label.

  3. maureen marriner dit :

    Bonne rentrée!

  4. Deb dit :

    Welcome back! I’ve never stopped wearing corduroy in winter. Thin weave, high waisted and cropped in burgundy or brown really appeal to my aesthetic.

  5. Julie dit :

    Contente de voir que le blog reprend du service !
    En ce moment, je rêve d’un post sur les couleurs d’automne, si jamais…

  6. Veronique dit :

    Quel plaisir de vous retrouver! J’ai porté du velours côtelé quand j’étais petite, c’est ma petite madeleine…. Aujourd’hui, je suis séduite par la proposition pantalon bleu marine et pull au point mousse marine. J’ai même envie de tricoter mon pull!
    Merci pour cet article,
    Véronique

Leave A Comment